Après la Sainte-Catherine et ses dictons, je vais vous parler d'un "almanach", car il est arrivé lui aussi, pour "l'an de grâce 2011" !... en suivant les propos de Madame Jeanine Paloulian, Rédactrice en Chef aux Editions Double-Milan, très connue sur la place de Lyon, et qui rayonne de ses multiples talents dans le monde médiatique.

Almanachs_Double_Milan

En 2010, l'Almanach Double Milan a fêté ses 175 ans. Il est devenu la plus ancienne publication de France.

Avant lui, au XVIIIe siècle, existait déjà l'Almanach "astronomique et historique de la Ville de Lyon".

En fait, l'Almanach Double Milan a été créé en 1831 par Pierre Rivet, auteur, éditeur et libraire installé au 12 rue Lainerie, dans le quartier du Vieux Lyon. A sa mort, en 1835, c'est le Père Benoît (contemporain du Curé d'Ars) qui continue l'édition. De nos jours, cet Almanach est plus connu sous le nom du "Père Benoît".

A cette époque, et même avant, les almanachs étaient très populaires. Ils publiaient tous des calendriers avec les noms des Saints pour chaque jour, parlaient du temps, d'astronomie et d'astrologie, et prodiguaient conseils et astuces.

1794 Almanach de la Raison
1795 Amanach des gens de Bien
1831 Almanach Double Milan
1841 Almanach général des villes et campagnes
1848 Almanach des travailleurs et des communistes (à 25 centimes)
1851 Almanach des vrais socialistes (à 50 centimes)
1885 Almanach de Victor Hugo
1886 Almanach Vermot, à la couverture rouge, toujours d'actualité et populaire, qui est devenu célèbre avec son calembour ou sa blague du jour

Vermot_2011

1898 Almanach du bibliophile

Dès le début du 19e siècle, le succès de ces almanachs est tel que les éditeurs doublent ou triplent leurs paginations et l'affichent dans leurs titres, d'où le "Double Milan" qui a été conservé depuis un siècle 3/4.

C'est aussi l'époque où le calendrier républicain laisse petit à petit sa place au calendrier romain.

Les "réclames" -nos pubs actuelles- y avaient déjà la part belle : Jouvence de l'Abbé Soury, Thé de la Soeur Borel, Blédine Jacquemaire, etc. Ca nous parle encore aujourd'hui !

Pour la centième édition de l'Almanach du Père Benoît, un concours avait été organisé sous forme d'un rébus et les éditions ont refait un rébus rigolo en 2010.

Le saviez-vous ?
(il s'en passe des choses à Lyon !)

A l'année de la naissance de ce fameux Almanach est associée la création de la rose "Eugénie Desgaches" de l'obtenteur lyonnais Plantier.

Jean Brun vous en parle sur son blog

www.verticille.com/